Le subconscient, étape vers la richesse

Suite de ma chronique sur le livre de Napoleon Hill : Réfléchissez et devenez riche. Vous retrouverez les chapitres précédents dans les articles antérieurs.

Chapitre 12 : Onzième étape vers la richesse : Le subconscient.

Le subconscient fait communiquer l’esprit de l’homme avec l’intelligence infinie. On ne peut le contrôler mais néanmoins on peut lui confier le désir que nous souhaitons concrétiser. Pour ce faire, nous utiliserons le chapitre sur l’autosuggestion.

Il faut accepter, telle une réalité, l’existence du subconscient. Celui-ci se nourrit aux forces de l’intelligence infinie et travaille à la transformation du désir en son équivalent matériel. Il ne peut être dirigé que par l’habitude. Ainsi, Napoleon Hill nous a demandé de préciser nos désirs, de les écrire, de les relire. La persévérance est nécessaire et il faudra être patient, les choses ne changeront pas du jour au lendemain.

Le subconscient fonctionne de toute façon, que nous y travaillons ou non. La pauvreté et les pensées négatives l’influencent, à moins de les dominer et à le nourrir de pensées plus désirables. Notre négligence insuffle du négatif dans le subconscient, seul notre travail sur les ondes positives influeront sur notre destinée.

Les pensées chargées d’émotion influencent plus facilement le subconscient, la plupart du temps les hommes se laissent entrainer par leurs passions et leurs sentiments.

Il existe sept grandes émotions positives et sept négatives.

Les sept émotions positives sont le désir, la foi, l’amour, la sexualité, l’enthousiasme, la tendresse, l’espoir.

Les sept émotions négatives sont la peur, la jalousie, la haine, la vengeance, l’avidité, la superstition et la colère.

Ces émotions négatives sont, dans la mesure du possible, à éviter, car elles alimenteront invariablement notre subconscient. Les émotions positives doivent remplacer les négatives dans votre esprit et on peut prendre l’habitude de les appliquer et de les utiliser.

La prière et le subconscient

La plupart des gens prient dans la peur et le doute, deux émotions négatives. L’intelligence infinie les reçoit ainsi. Si l’on prie pour obtenir quelque chose et que l’on a peur de ne pas être exaucé, on prie pour rien. Prier en ressentant une émotion positive permet au subconscient d’atteindre l’intelligence infinie qui apportera la réponse attendue.

En résumé, il faut chasser les émotions négatives de notre esprit et les remplacer par les émotions positives importantes.

Mon avis perso :

Napoleon Hill explique rapidement dans ce chapitre le principe du subconscient qui joue un rôle important dans notre destinée. Rôle auquel il faut croire bien qu’il ne soit pas scientifiquement prouvé. Il est influencé systématiquement par les ondes négatives et nous devons travailler à ce positif afin qu’il nous transporte à notre réussite. D’expérience, il est vrai qu’on peut constater qu’un état d’esprit négatif attire le malheur et que nous ne voyons plus que cette noirceur. A contrario, être dans une optique positive permet d’appréhender la vie du bon côté, d’être dans une dynamique de bien-être et de réussite. Un petit test demain matin, un lundi (!), dans votre lit, étirez-vous longuement et souriez, puis répétez mentalement plusieurs fois « quelle belle journée je vais vivre aujourd’hui ! », vous vous lèverez en bien meilleure forme que si vous vous jetez sur le réveil en maugréant « quelle journée de M…. ».

Sérina.

 

 

 

La transmutation sexuelle

Chapitre 11 :Dixième étape vers la richesse : Le mystère de la transmutation sexuelle.

Napoleon Hill nous explique dans ce chapitre l’importance de l’émotion sexuelle, qui est faussement associée à une émotion d’ordre physique. Cette émotion amène un certain état d’esprit qui engendre la réussite.

En résumé, l’émotion sexuelle poursuit trois buts : la perpétuation du genre humain, le maintien de la santé et la transformation de la médiocrité en génie.

Les pensées d’expression physique sont remplacées par des pensées d’un autre ordre. Le désir sexuel est le plus puissant, certains, pour le satisfaire, risquent leur vie et leur réputation. Si l’on arrive à le dompter, à le maîtriser, on peut l’utiliser en tant que force créatrice dans n’importe quel domaine.

Une forte volonté est nécessaire pour transformer cette énergie sexuelle mais cet effort sera largement récompensé.

Le pouvoir sexuel est un pouvoir conducteur.

D’après une étude scientifique, ceux qui ont réussi ont un tempérament sexuel très développé et on appris à transformer cette énergie et ceux qui ont amassé une grosse fortune dans un domaine ont, en général, agi sous l’influence d’une femme.

Les stimulants les plus efficaces pour créer, désirer, développer, etc, sont le désir sexuel, l’amour, un vif désir de gain, de pouvoir, la musique, l’amitié, des souffrances communes, l’autosuggestion, la peur, les narcotiques et l’alcool.

Le désir sexuel est le plus important, huit de ces stimulants sont positifs, deux sont destructifs.

Le sixième sens, dont la réalité a été établie, est l’imagination créatrice qui est le lien entre l’esprit limité de l’homme et l’intelligence infinie.

Lorsque des idées nous viennent, elles proviennent de l’intelligence infinie, du subconscient, du subconscient des autres, de l’esprit d’une autre personne.

Quand le cerveau a été excité par un des stimulants, une vision d’ensemble de la portée et de la qualité de ses pensées est permise. L’homme se trouve alors dans un monde où les pensées et soucis habituels ne viendront pas le troubler et il pourra ainsi créer facilement.

N. H. donne ensuite des exemples d’hommes, poussés presque toujours par leur imagination créatrice exacerbée par une femme stimulant leur désir sexuel (Napoléon Bonaparte inspiré par Joséphine…).

Après avoir étudié plus de 25000 personnes, N. H. a découvert que le succès vient rarement avant l’âge de 40 ans, voire bien souvent après la cinquantaine. Cela s’expliquant par le fait que les jeunes personnes gaspillent leur énergie en permettant à leur émotion sexuelle de s’exprimer physiquement. La plupart font la découverte que l’énergie sexuelle peut servir à des fins créatrices après un gaspillage de plusieurs années.

L’exemple d’hommes ayant utilisé des narcotiques et l’alcool pour réussir est donné dans ce chapitre, en précisant bien que ces hommes se sont détruits eux-mêmes.

L’énergie sexuelle et l’art de la vente

Le magnétisme personnel, qui n’est ni plus ni moins que l’énergie sexuelle, peut se détecter facilement par : la poignée de main, le ton de la voix, les gestes et la démarche, la coquetterie vestimentaire et les ondes de la pensée.

Trop de fausses croyances sur la sexualité

Le désir sexuel a longtemps été calomnié, souillé et ceux qui ont le bonheur d’avoir un tempérament ardent sont généralement maudits. Beaucoup souffrent d’un complexe d’infériorité à cause de cette malédiction.

Le pouvoir de l’amour :

Lorsque le désir sexuel est accompagné d’un sentiment amoureux, le calme et l’équilibre en résultent. Les souvenirs d’amour ne s’effacent jamais, ils influencent bien après que la source simulatrice se soit tue.

Le pouvoir de la femme vient du désir de plaire, un homme aimé peut effectuer le plus dur labeur, il ne s’en rendra pas compte. Aucun homme n’est heureux ni complet sans l’influence bénéfique d’une femme.

Mon avis perso :

Je ne pense pas avoir tout compris dans ce chapitre, mais il est certain que le pouvoir de l’amour et du désir sexuel est tout puissant, on oublie tout le reste lorsque l’on est dans cet état d’esprit (ne dit-on pas que l’amour rend aveugle ?). Par contre, l’exploiter pour mieux accéder à l’imagination créatrice, je ne sais pas vraiment comment faire.

Les phrases en italique sont directement extraites du livre de Napoleon Hill.

 

Le pouvoir du cerveau collectif

Chapitre 10 : Neuvième étape vers la richesse : le pouvoir du cerveau collectif

Réfléchissez et devenez riche – Napoleon Hill

Le pouvoir est indispensable pour faire fortune. On peut acquérir le pouvoir depuis différentes sources :

1- L’intelligence infinie (vue dans un autre chapitre)

2- L’expérience collective : on la trouve dans les bibliothèques et dans les lieux d’enseignement.

3- Les études et les recherches : si l’on ne peut se référer à l’expérience collective on doit passer par les ressources individuelles.

Le cerveau collectif résulte des efforts conjugués de deux ou plusieurs individus qui œuvrent dans un esprit d’harmonie, en vue d’atteindre un but précis.

Votre objectif sera à moitié atteint si l’on choisit avec discernement les membres de notre cerveau collectif.

La particularité économique du cerveau collectif s’explique par une forme d’alliance coopérative entre des personnes avisées, bienveillantes, prêtes à aider. S’entourer de ces personnes procurera un avantage économique.

La particularité psychique du cerveau collectif est plus subtile : lorsque deux personnes travaillent ensemble, un troisième esprit est libéré, elles dégagent une énergie spirituelle. L’énergie développée profiter à chacun des cerveaux du groupe.

La pauvreté ne nécessite aucun plan, au contraire de la richesse. Pour devenir riche, nous devons donc établir des plans et organiser nos connaissances.

Le pouvoir de l’esprit se nourrit à trois sources (l’intelligence infinie, l’expérience collective, les études et les recherches) qui peuvent être utilisées à volonté.

Mon avis perso :

N. H. démontre ici que plusieurs cerveaux valent mieux qu’un et que si l’on choisit bien ses partenaires on peut s’enrichir grâce à l’esprit coopératif et d’entraide. Je pense que cela est possible pour certaines idées et plans, pour d’autres il doit être nettement moins aisé de pouvoir s’entourer de personnes sérieuses et bienveillantes.

NB : les phrases en italique dans le texte sont directement issues du livre de Napoleon Hill « Réfléchissez et devenez riche ».

 

 

La persévérance – Réfléchissez et devenez riche

Tout d’abord, je tiens à m’excuser pour le retard dans la publication de mes articles. De grands chamboulements sont en cours dans ma vie et, hélas, il n’est parfois pas simple de tenir tous ses engagements donc il faut trancher, puis décider lesquels seront repoussés, voire supprimés. Je reprend donc là où j’en étais, c’est à dire à la lecture du livre, qui je l’espère, améliorera votre vie de façon significative.

Petit rappel des articles précédents :

Chapitre 9 : Huitième étape vers la richesse : La persévérance

Napoleon Hill explique ici que la volonté couplée au désir sont des valeurs irrésistibles qui attireront le succès.

La persévérance est une qualité qui est au caractère de l’homme ce que le carbone est à l’acier.

Pour se constituer une fortune, il faudra appliquer les 13 principes de base avec persévérance.

Un désir tiède apporte de maigres résultats.

La meilleure façon à mettre en place afin de jauger sa persévérance serait d’appliquer les six enseignements du chapitre 2, vous vous souvenez :

  1. Déterminer le montant exact que l’on souhaite.
  2. Savoir ce que l’on va donner en échange.
  3. Fixer la date à laquelle on veut avoir cet argent.
  4. Etablir le plan qui nous permettra de transformer notre désir.
  5. Ecrire ces informations sur un papier (montant, délai, plan).
  6. Lire les objectifs deux fois par jour, le soir avant de s’endormir et le matin en se réveillant. Pendant la lecture, on doit se sentir en possession de cet argent.

Continuer la lecture de « La persévérance – Réfléchissez et devenez riche »

La décision – Réfléchissez et devenez riche

Chapitre 8 : Septième étape vers la richesse : la décision

Le manque de décision vient presque toujours en tête des 31 causes majeures de l’échec. A la fin du livre, nous aurons l’occasion de tester notre aptitude à prendre des décisions rapides et définitives.

Ceux qui ne font pas fortune ont besoin de beaucoup de temps pour prendre une décision qu’ils ne cessent de modifier en très peu de temps. Ils sont très influençables et pensent selon les autres. Tout le monde a une foule d’opinions et si l’on se laisse influencer lorsqu’on doit prendre une décision, on n’arrivera à rien de bien.

Pour atteindre la richesse, il prendre nous-même nos décisions, nous y tenir et n’en parler à personne, sauf à notre « cerveau collectif ». En effet, les personnes de notre entourage freinent souvent nos élans en donnant leur opinion.

Des milliers d’hommes et de femmes traînent toute leur vie des complexes d’infériorité parce qu’une personne bien intentionnée, mais sotte, a détruit leur confiance en eux par ses opinions et ses moqueries.

Afin de prendre l’habitude de se décider rapidement, il faut se taire et observer, écouter les autres. Tout d’abord parce qu’en parlant trop nous n’apprendrons rien des autres, mais en plus nous dévoilerons nos plans à des gens qui prendront un malin plaisir à nous faire échouer.

C’est dans la modestie et le silence que réside la vraie sagesse.

L’indécision nous touche lorsque l’on est jeune mais on peut l’éviter. C’est notre opinion qui guide notre vie et pas celle des autres. Un pouvoir extrêmement puissant provient d’un esprit décidé.

Mon avis perso

Ce chapitre montre bien l’influence des autres dans nos décisions. Il m’a permis de me poser afin de réfléchir à certaines décisions de ma vie et je me rend compte effectivement que mon entourage a souvent influencé ma destinée, même sans malice ni mauvaise intention.

N. H. décrit les chefs et patrons comme des personnes qui prennent des décisions rapidement et qui s’y tiennent, tandis que les salariés modifient souvent leurs décisions. Après des années d’expérience dans le monde du travail, je crois qu’il a raison et que nous pouvons modifier notre statut en prenant des décisions et en nous y tenant, quitte à sembler entêtés !

L’élaboration des plans – Réfléchissez et devenez riche

Chapitre 7 : Sixième étape vers la richesse : L’élaboration des plans

Dans ce chapitre, Napoleon Hill nous apprend concrètement comment élaborer les plans cités dans les chapitres précédents. En premier lieu, réunir toutes les personnes dont vous aurez besoin (cerveau collectif) en ayant pris soin préalablement de définir les bénéfices et avantages que l’on pourra offrir à ces membres (personne ne travaille sans compensation). Organiser régulièrement et souvent des réunions jusqu’à ce que le plan soit totalement élaboré. Veiller à maintenir une bonne entente entre chaque membre du cerveau collectif.

La défaite vous rend plus fort

A chaque échec, élaborer un nouveau plan et ainsi de suite jusqu’à la réussite. Veiller à bien choisir les membres du cerveau collectif parmi ceux qui ne se laissent pas abattre et qui ne baissent pas les bras.

Les dirigeants et les dirigés

Celui qui est dirigé ne peut jamais obtenir autant que celui qui dirige, même si beaucoup pensent le contraire.

Les onze secrets qui font un bon dirigeant

Le courage à toute épreuve, la maîtrise de soi, un sens aigu de la justice, la sûreté dans la décision, la précision des plans, l’habitude d’en faire plus que les autres, une personnalité irréprochable, la sympathie et la compréhension, le respect du détail, la volonté d’assumer toute la responsabilité, la coopération.

Diriger avec le consentement et la sympathie des collaborateurs est plus efficace que diriger avec la force.

Pourquoi certains dirigeants échouent-ils ?

La négligence des détails, le refus de rendre d’humbles services, l’erreur de vouloir être payé pour ce que l’on sait et non ce que l’on fait, la peur d’être concurrencé par ses subordonnés, le manque d’imagination, l’égoïsme, l’intempérance, la trahison, mettre l’accent sur l’autorité que confère le pouvoir, mettre l’accent sur son titre.

Napoleon Hill explique ensuite les domaines où l’on manque de dirigeants, donne des conseils pour trouver un emploi et faire un curriculum vitae, choisir un travail…

Il nous donne ensuite trente et une raisons d’échouer, que je vais vous synthétiser ci-dessous.

  1. Naitre avec une déficience mentale (nous ne pourrons jamais corriger et réussir si nous souffrons de cet état des choses).
  2. Ne pas avoir de but bien défini.
  3. Le manque d’ambition.
  4. Une instruction insuffisante.
  5. Le manque d’autodiscipline.
  6. La mauvaise santé.
  7. Les mauvaises influences pendant l’enfance.
  8. L’hésitation.
  9. Le manque de persévérance.
  10. Une personnalité négative.
  11. L’impossibilité de contrôler ses instincts sexuels.
  12. Le désir incontrôlé des gestes gratuits (instinct du jeu).
  13. Le manque de décision.
  14. Les six formes fondamentales de la peur.
  15. Mal choisir son partenaire dans la vie.
  16. L’excès de prudence.
  17. Mal choisir ses associés.
  18. La superstition.
  19. Se tromper de vocation.
  20. La dispersion de l’effort.
  21. L’habitude de dépenser sans compter.
  22. Le manque d’enthousiasme.
  23. L’intolérance.
  24. L’intempérance.
  25. Etre incapable de coopérer.
  26. La possession d’un pouvoir non acquis par ses propres efforts.
  27. La malhonnêteté consciente.
  28. L’égoïsme et la vanité.
  29. Deviner au lieu de réfléchir.
  30. L’insuffisance de capitaux.
  31. Autres causes.

Demander à quelqu’un de regarder cette liste avec vous afin de trouver ce qui peut vous mener à l’échec et y faire face.

L'élaboration des plans

Napoleon Hill propose ensuite de s’analyser et de déterminer si l’on a bien atteint nos buts cette année, ce que nous aurions pu améliorer… par une série de réponses auxquelles il nous invite à répondre en toute honnêteté.

Après avoir suivi les secrets du dirigeant idéal, les causes d’échecs, éloigner toute influence négative, on devrait être dorénavant en mesure d’élaborer un plan qui nous mènera à la réussite.

Mon avis :

Pour avoir rencontré nombres de dirigeant, j’ai pu remarquer que beaucoup d’entre eux sont égoïstes, n’ont aucune compréhension des autres, assènent des ordres et pour certains mêmes piquent des colères ridicules, ne prennent aucune responsabilité et rejettent même leur propre fainéantise sur les personnes qu’elles dirigent. Ces personnes étant toujours dirigeants, je pense que certaines des qualités nécessaires à la réussite des dirigeants ne sont pas une science juste et réelle, bien que ces personnes ne conservent pas de salariés de confiance très longtemps.

Afin de vous permettre de remédier à vos lacunes dans certains domaines, je vous invite à lire mon ebook, Chasser la loose à grands coups de pensées positives, disponible ici.

Sérina

L’imagination – Réfléchissez et devenez riche

Abordons aujourd’hui la suite de ma chronique dominicale sur le fameux livre de Napoleon Hill, Réfléchissez et devenez riche.

Pour récapituler un peu, nous avons déjà analysé les cinq premiers chapitres :

  1. Premier chapitre
  2. Deuxième chapitre
  3. Troisième chapitre
  4. Quatrième chapitre
  5. Cinquième chapitre

Cinquième étape vers la richesse : l’imagination

L’imagination suggère à l’homme tout ce qu’il peut créer. L’homme a fait énormément de progrès lors des dernières décennies mais ne s’est pas penché sérieusement sur les ressources de son imagination.

L’imagination synthétique et l’imagination créatrice

L’imagination synthétique reproduit des scènes vécues, elle s’appuie essentiellement sur l’observation et recrée des choses existante.

L’imagination créatrice crée de toutes pièces des scènes, situation, plans inexistants. Elle ne connait aucune limite. Elle fonctionne lorsque le conscient travaille rapidement, lorsque nous éprouvons un désir ardent par exemple.

Les deux formes d’imagination se travaillent, tout comme on entraîne son corps à d’autres choses (sport…).

Stimulez votre imagination

En faisant travailler notre imagination, on la développe. En premier lieu, nous travaillerons l’imagination synthétique car c’est par elle que nous pourrons concrétiser notre désir d’argent. Une fois le livre terminé, il nous faudra relire ce chapitre sur l’imagination et commencer immédiatement à la faire travailler (s’imaginer en possession de la somme désirée par exemple).

imagination argent

La nature nous livre le secret de la fortune

Au commencement, notre terre, les cellules de nos corps et chaque atome de matière n’étaient qu’une forme intangible d’énergie. Le désir étant un élan de la pensée et la pensée elle-même une forme d’énergie, en désirant de l’argent on crée le même processus que la nature a utilisé pour créer chaque forme matérielle de l’univers.

L’idée est le point de départ de toute bonne fortune

L’idée est le produit de l’imagination et est le premier pas dans la réussite.

M. Hill nous narre ici des histoires de personnes ayant réussi.

Avec un minimum de pratique, nous pouvons faire travailler notre imagination synthétique et créatrice. Pour acquérir une somme d’argent (ou autre chose, je parle beaucoup d’argent…), il faut la désirer dans un but bien défini.

Mon avis perso

N. H. nous livre ici les pouvoirs de l’imagination que l’on peut comprendre aisément. En effet, enfant, nous avions tous un potentiel imaginaire non négligeable, que nous avons délaissé la plupart du temps face aux aléas et obligations de la vie d’adulte. S’imaginer riche ou en train de faire ce que l’on aime est simple à réaliser et nous apporte du bonheur sur l’instant. Il me semble néanmoins que cela nécessite de la pratique et d’intégrer ces principes dans notre routine journalière.

Sérina

NB : Les phrases en italique dans le texte proviennent directement du livre de M. Hill.

N’oubliez pas que vous pouvez vous procurer notre livre « Chasser la loose à grands coups de pensées positives » au prix de 0.99 € sur Amazon. Vos avis sont les bienvenus et n’hésitez pas à me les envoyer.

 

 

 

 

 

 

La spécialisation – Réfléchissez et devenez riche – Napoleon Hill

Chapitre 5 : la quatrième étape vers la richesse : la spécialisation

Napoleon Hill nous apprend dans ce chapitre qu’il existe deux sortes de culture : la culture générale, qui s’acquiert de jour en jour et qui est dispensée dans toutes les universités, et la spécialisation. Celui qui est instruit n’est pas celui qui a accumulé un savoir mais celui qui développera cela pour obtenir ce qu’il veut.

Il est facile de se cultiver

Il vous faudra sûrement approfondir vos connaissances dans un domaine avant de pouvoir transformer votre désir en argent. Pour cela, il suffit d’utiliser le « cerveau collectif ».

Les sources de connaissance

Tout d’abord, choisissez une spécialisation par rapport à votre plan. Une fois déterminée, cherchez les sources de cette spécialisation, à savoir : votre instruction, l’instruction des autres, les collèges et universités, les bibliothèques et les cours à distance ou les cours du soir.

La plupart des hommes dont la réussite est flagrante n’ont jamais cessé de se spécialiser, et ce, bien après la sortie de l’école.

Suivre des cours par correspondance ou des cours du soir nécessitera la mise en place d’une autodiscipline qui sera facilitée si l’on doit payer ses études. Personnellement, N. H. a failli abandonner des études de publicité après quelques leçons mais recevant régulièrement les factures de l’université, il termina sa formation comme il s’y était engagé.

Il n’est jamais trop tard pour apprendre

N.H. donne l’exemple d’hommes qui ont réussi en suivant des cours bien après quarante ans pour pallier aux excuses de certains (trop vieux, famille à nourrir…).

Il narre par la suite de nouveau les histoires de personnes qui ont réussi en inventant une nouvelle profession, ou une nouvelle façon de la mettre en pratique (un comptable dans une camionnette pour aller au plus près des entreprises par exemple).

Il insiste bien sur le fait que de l’habitude naît l’échec ou la réussite, et qu’atteindre le haut de l’échelle naît de circonstances que nous pouvons contrôler. Qu’il suffit d’une seule bonne idée, et la spécialisation et l’expérience des autres nous aidera à la mettre en pratique.

L’instruction ouvre mille chemins qui mènent à la richesse ; encore faut-il trouver le vôtre.

Mon avis perso :

N. H. reprend de nouveau des exemples de personnes qui ont réussi et qui n’avaient pas été très longtemps sur les bancs de l’école. Il nous encourage à approfondir nos connaissances et à se servir des connaissances et expériences des autres pour mener à bien notre projet. Ce chapitre nous montre qu’à force d’opiniâtreté nous pouvons réussir.

Sérina

NB : les phrases en italique proviennent du livre de Napoleon Hill.

 

 

 

L’autosuggestion – Revue du livre « Réfléchissez et devenez riche »

Troisième étape vers la richesse : l’autosuggestion

Dans ce nouveau chapitre, Napoleon hill nous présente l’autosuggestion comme moyen d’accession à la réussite.

L’autosuggestion correspond à toute suggestion que nous nous faisons à nous même et qui atteint notre cerveau par le biais du subconscient.
Nous traitons de cet état dans le livre « Chassez la loose à grands coups de pensées positives » que vous pouvez vous procurer ici.

Si l’on peut contrôler notre subconscient à l’aide des cinq sens, celui-ci peut néanmoins être alimenté aussi bien par du négatif que par du positif (N.H. donne l’exemple de mauvaises herbes qui l’envahissent). Grâce à l’autosuggestion un individu peut permettre à des pensées constructives à envahir son esprit.

Pour agir avec votre subconscient, pensez avec émotion

Si vous avez suivi les instructions du chapitre sur le désir, que nous avons analysé ici, la dernière instruction vous demande de lire à haute voix, deux fois par jour, l’expression écrite de votre désir et de vous imaginez en possession de ce que vous désirez. Lire à haute voix ne suffira, il faut ressentir l’émotion et le bonheur ! Vous devez également croire à ce que vous dites. Ce ne sera pas facile au début, mais en persévérant vous réussirez l’exercice.

Regardez-vous faire fortune

Imaginez-vous en possession de la somme déterminée précédemment avec foi, ce que vous en ferez. Ne soyez pas égoïste, cette somme doit également servir à autre chose qu’à vous-même. Visualisez en possession de cet argent et en même temps en train de rendre service à quelqu’un. Le subconscient acceptera cela et dressera un plan en vue d’obtenir cette somme.

L’inspiration vous guidera

Gardez l’esprit ouvert et en attente, le subconscient vous enverra son plan sous forme d’inspiration.

Votre subconscient va travailler

Les six instructions du 2ème chapitre vont être résumées ainsi :

  1. Le soir dans votre lit (ou un endroit où vous ne serez pas dérangé), répéter à haute voix votre déclaration, en même temps, imaginez-vous en possession de l’argent. Décrivez ce que vous allez en faire. Puis, toujours à haute voix, prononcez ces mots « Je crois fermement que j’aurai cet argent. Ma conviction est si forte que je peux déjà le voir devant moi ; je peux le toucher. Il attend que je le prenne. Pour l’instant, je suis dans l’expectative d’un plan qui me permettra de l’acquérir et dès que mon subconscient me l’aura donné, je l’appliquerai. »
  2. Vous devez répéter cela jusqu’à ce que vous voyez l’argent que vous désirez ardemment.
  3. Une copie devra être placée bien en vue et il faudra la relire tous les matins et tous les soirs jusqu’à ce que vous la sachiez par cœur.

Pourquoi vous êtes maître de votre destin

L’homme peut être le maître de son destin de par sa capacité à influencer son propre subconscient. La plupart du temps, nous sommes sceptiques devant une idée nouvelle, mais grâce à l’autosuggestion ce scepticisme cèdera la place à une foi absolue.

Résumé

Faites attention à l’inspiration, lorsque le plan vous apparaîtra vous devrez le mettre immédiatement en place. Si vous attendez le bon moment (qui n’arrive jamais je pense), l’échec s’ensuivra !

Mon avis perso :

Après la lecture de ce chapitre, on commence à comprendre le mécanisme de la réussite. N. H. nous donne les clefs de la réussite et le moyen de les mettre en place, ce même si nous n’y croyons pas vraiment. Je trouve cela très encourageant et donne une dynamique que les chapitres précédents n’apportaient pas.

Et vous, où en êtes-vous ? Avez-vous écrit votre déclaration ? N’hésitez pas à me tenir au courant de vos avancées.

Sérina

NB : Les phrases en italique sont directement tirées du livre de Napoleon Hill.

 

 

 

Revue du livre « Réfléchissez et devenez riche »

La deuxième étape vers la richesse : LA FOI

Napoleon hill nous explique dans ce chapitre que nous devons éprouver une foi inébranlable afin de parvenir à nos desseins. Les émotions les plus puissantes des émotions positives découlent en effet de la foi, du désir physique et de l’amour.

Il nous donne des exercices pour acquérir cette foi, qui n’est pas forcément innée, et nous explique que les grands hommes de ce monde possédaient cette foi et surtout, la partageait avec les autres.

Notre subconscient transforme en équivalent physique nos demandes et aspirations. Il ne peut néanmoins réaliser nos vœux seulement si nous y croyons profondément. Pour cela, la foi détermine l’action du subconscient. On peut berner (N. H. nous cite un exemple) le subconscient en se comportant exactement comme si notre but était déjà réalisé (vous voulez être riche, comportez-vous comme si vous l’étiez… sans dépenser à tout va bien sûr).

Afin d’accéder à la foi inébranlable, être sûr de soi, il nous propose l’autosuggestion, à mettre en place avec une série de phrases listées dans ce chapitre. Ces cinq règles sont, pour résumer : des affirmations comme quoi nous sommes capables d’atteindre nos buts ; que nos pensées passeront par plusieurs stades avant cela ; que grâce à l’autosuggestion nos désirs gardé obstinément à l’esprit se manifesteront par des signes extérieurs ; que la description de notre but a été écrite et que nous devons tout faire pour la réaliser ; qu’une richesse mal acquise ne profitera pas et que développer notre amour pour l’humanité nous aidera à atteindre notre but.

N. H. nous narre l’histoire d’un homme qui a réussi grâce à sa foi inébranlable. Il nous fait bien comprendre que toute richesse provient de la foi de l’homme, homme qui est sûr de sa future réussite.

Les cinq règles d’or citées détermineront la confiance en soi et le subconscient se travaille jusqu’à parvenir à ses buts.

Il faut bien penser à éliminer les pensées négatives de notre esprit, la foi peut en effet apporter la richesse comme la pauvreté, votre subconscient ne fera aucune différence entre les deux !

Mon avis perso :

Voici un bon chapitre bien expliqué, dans lequel j’ai bien compris que je dois éliminer autant que possible les pensées négatives de mon esprit. Les cinq règles d’or répétées souvent ouvriront mon esprit à la foi et à la confiance en moi. Que les pensées négatives sont un frein à la réussite et que la pauvreté (par exemple) en découle.