5 clefs pour instaurer sa routine d’écriture

La procrastination : un fléau pour l’écrivain.

Un des gros problèmes de l’écrivain non professionnel, j’entends par là celui ou celle qui aime écrire mais croule sous une foule de tâches diverses et variées (travail, enfants, tâches ménagères…), est de trouver le temps d’écrire. La procrastination guette le plus volontaire d’entre nous et on peut remarquer que dès que l’on s’installe pour enfin prendre la plume, on est systématiquement dérangé. Ou l’on trouve toutes les excuses du monde pour ne pas s’y mettre. Une des solutions est d’instaurer une routine d’écriture et de s’y tenir, jour après jour, jusqu’à ce qu’enfin elle soit bien ancrée en nous et qu’elle vienne naturellement sans même y penser.

Instaurer une routine d’écriture.

1. Choisir sa plage horaire.

Tout d’abord, il est important voire primordial de bien réfléchir à la plage horaire que l’on va choisir pour écrire chaque jour. En effet, choisir l’heure où les enfants rentrent de l’école ou celle où l’on s’installe tranquillement pour regarder la toute dernière série passionnante de Netflix serait une erreur. Les enfants nous accapareraient et il serait tellement tentant de repousser nos bonnes résolutions pour s’affaler dans le canapé un bol de pop corn à portée de main. Certains préféreront le matin quand tout le monde est endormi, d’autres le temps du déjeuner… Peu importe, le principal étant de déterminer le moment qui nous convient.

2. Préparer son poste de travail.

Il s’agit de choisir l’endroit où l’on va s’installer et de préparer tout ce dont on aura besoin pour écrire. Personnellement, j’ai besoin de mon ordinateur portable, un bloc note, plusieurs stylos de différentes couleurs et un dictionnaire toujours à portée de main.

3. Prévenir ses proches.

A moins de vivre seul (ce qui n’est pas une mauvaise chose) ou de se lever à 4 heures du matin quand toute la maisonnée dort, on est souvent solliciter par ses enfants, son mari… Les prévenir donc de notre besoin d’être au calme pendant le temps choisi. A vous de voir si vous voulez leur expliquer que vous écrivez. Vous pouvez également juste les prévenir d’un besoin d’être seul pour un projet personnel. Et à moins d’une urgence évidemment, de ne pas vous déranger sous aucun prétexte.

4. Se déconnecter.

Dans la même optique que le point précédent, il est important de se déconnecter d’internet et de couper smartphone et téléphone fixe de la maison. Qui n’a pas tenté d’écrire et s’est retrouvé à surfer sur les réseaux sociaux ? Si besoin, vérifier ses mails et ses messages un quart d’heure avant pour les plus accros et déconnecter tout !

5. Créer une ambiance chaleureuse.

Se mettre à l’aise, pour cela allumer une bougie d’ambiance, écouter de la musique, se préparer une tasse de thé… Instaurer un rituel avec lequel on se sente à l’aise afin de créer un sentiment de bien être avec l’écriture.

Enfin, écrire, chaque jour.

S’atteler à la tâche avec joie et bonne humeur. Jour après jour, écrire deviendra une habitude et sans même y penser, on écrira de plus en plus. Cette régularité entraînera des points positifs dans notre travail : on produira beaucoup plus mais surtout on s’améliorera rapidement. Car si l’écriture nécessite avant tout un certain talent, elle découle surtout du fait de travailler, travailler et encore travailler. Notre plume s’affirmera et on se rendra rapidement compte des progrès. Le tout sans avoir à se forcer puisque ce travail sera devenu routinier !

Pour ceux qui auraient besoin d’un encadrement, il existe un site : 3 Pages, qui encourage à écrire 3 pages par jour, soit 750 mots. Ce site propose des chaines, que nous aurions du mal à briser, et qui nous incite à écrire effectivement chaque jour.

N’hésitez pas à me faire part de vos progrès et idées.

Sérina Ronddecuir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *